Coach Persona
Coach Persona

La congruence

Etre authentique dans ce que nous faisons et ce que nous sommes.

Bannir tout ce qui nous en éloigne.

Etre vrai(e).

Respecter qui nous sommes intrinsèquement, pour réaliser nos aspirations profondes sans artifices, juste avec nous.

 

Je ne pense pas que ce soit de l’utopie dans notre monde actuel car justement, plus nous serons là à l’écoute de ce qui nous fait vibrer, de ce que nous avons envie de créer, plus nous serons dans la bonne énergie pour aller vers la réussite de nos projets et la rencontre des personnes qui vont nous y aider.

 

C’est d’ailleurs ce que j’ai personnellement vécu !

 

Personne n'a une vie complètement équilibrée à tout moment, l'important pour vivre sa vie puissamment, est d'être authentique dans l'analyse et la mesure des résultats de chacun des domaines de sa vie et de savoir réajuster les actions en permanence.

 

Toute expérience est porteuse de précieuses informations.

Ce que nous considérons comme "les aléas de votre vie" est révélateur d'aspects ignorés de nous-même. Ils peuvent nous permettre de découvrir et d'intégrer de nouvelles qualités, de préciser nos valeurs personnelles.

Se détacher du passé donne accès à une vision positive de l’avenir.

 

La vie humaine est une succession de transformations.
Les étapes du changement sont traversées, selon les cas, en plusieurs années ou en quelques minutes.

A chaque période de la vie, correspondent de nouvelles découvertes.

 

Les changements sont facteurs d’évolution, de croissance.

Les seules limites à notre évolution sont celles que nous fixons nous-même.

 

L'ouvrage “The Crossroads between SHOULD and MUST”* nous explique qu’il y a deux routes dans la vie : celle que l’on devrait prendre (selon les autres) = Should, et celle que l’on doit prendre (selon soi)= Must.

 

 

Should est la façon dont les autres souhaitent que nous apparaissions : ce que nous devons penser, dire, faire ou ne pas faire.

Ce sont les espérances que les autres projettent sur nous.

Should est une voie linéaire, avec un risque minime.

 

Must est ce que nous sommes, ce que nous pensons, ce que nous faisons quand nous sommes seuls, authentiques, honnêtes avec nous-même.

Ce sont nos instincts, nos envies et désirs irrépressibles, les choses, les endroits et les idées qui nous animent, l’intuition qui nous vient de l’intérieur.

Must est ce qui se révèle quand nous arrêtons d’être conformes pour être unique.

Quand nous suivons notre Must nous ne cherchons plus l’inspiration à l’extérieur de nous, nous écoutons en nous.”

 

*Le point d’intersection entre la personne que l’on veut que tu sois, et la personne que tu es.

 

C’est une histoire entre deux routes : celle que tu “devrais” emprunter conforme aux attentes des autres et celle que tu “dois” suivre pour être en accord avec toi-même.

 

C’est une histoire pour tous ceux qui ont été “passifs” et cherchent le courage de devenir “actifs”.

 

La Notion du masque selon Jung (La Persona) nous renvoie à la question du « comment aimer les autres si l’on n’a pas appris à s’aimer soi-même de manière inconditionnelle ? ».

 

L’intelligence collective

Pour Olivier Zara, auteur d’un ouvrage sur le sujet (La management de l’intelligence collective), c’est la somme des intelligences situationnelles des collaborateurs.

Dans une entreprise, face à une question à traiter, il s’agit donc de la capacité à partager les bonnes idées et bonnes pratiques sur la question, passées au tamis de la bonne compréhension du contexte et des enjeux.

Attention à être clair sur un point : quand on parle d’intelligence collective, on est sur le terrain de la réflexion, pas nécessairement sur celui de la décision ;  une entreprise n’est pas une démocratie, le management est là pour arbitrer et pour décider sur certains sujets ; par contre toute décision gagnera à se nourrir de la réflexion collective.

L’important à ce niveau est d’être clair vis-à-vis des personnes dont on sollicite la participation.

 

L’intelligence collective, à quoi ca sert concrètement ?

  • Cela sert déjà à enrichir la réflexion pour avoir de meilleurs idées.

Dans tous les processus de créatiité, on sait que la première idée n’est jamais celle qui est retenue à la fin. Il apparait donc important, pour voir émerger une idée nouvelle, de commencer par confronter toutes les bonnes idées avant de décider.

  • Cela permet aussi de progresser individuellement et collectivement.

Plutôt que de « réinventer la poudre » à chaque fois qu’on est face à une situation nouvelle, autant bénéficer de l’expérience des autres pour aller plus vite, tout en allant plus loin grace à la confrontation des idées et au phénomène du rebond.

  • Cela sert enfin (et surtout) à avoir des collaborateurs motivés, et engagés au service de la mission commune.

Les processus d’intelligence collective, en associant à la réflexion les collaborateurs, est un puissant facteur de motivation  qui associe reconnaissance (je peux m’exprimer, je suis écouté, mes idées sont prises en compte) et d’appartenance.

 

Et en pratique, on fait comment ?

Il faut être conscient que pour porter ses fruits et apporter toute la puissance qu’elle permet, l’intelligence collective doit se concevoir, au-delà de nouveaux modes de fonctionnement, comme une nouvelle culture d’entreprise ; c’est un changement de paradigme en terme d’organisation, de répartition des rôles, et bien entendu de posture managériale.

J'ai identifé 4 axes de travail dans une organisation qui contribent à développer graduellement l’intelligence collective :

Associer les collaborateurs aux réflexions : Mettre en place des réunions participatives, demander l’avis des collaborateurs sur les décisions qui les impactent.

Favoriser le collaboratif : Faire en sorte que tout le monde se connaisse, au niveau personnel (moments informels, team building) et au niveau professionnel (en organisant par exemple des « vis ma vie »), avoir des temps pour partager les bonnes pratiques, encourager l’entraide, développer le travail en mode projet.

Donner le pouvoir au collectif : donner des zones de liberté, lâcher le contrôle, faire confiance au collectif.

Encourager la réflexion et les propositions : Instaurer la cuture du « oui », favoriser le rebond d’idées, encourager le benchmark d’idées, associer des candides aux réflexions.

 

Quand nous aurons mis en place tout cela, vous en constaterez les fruits au niveau de l’engagement de vos collaborateurs, et surtout en terme de performance de votre organisation.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Coach Persona
Orsay
Site créé avec 1&1 MyWebsite.

Appel

Email

Plan d'accès